Les fantastiques pouvoirs du glutathion et son action sur le Covid-19

Chère amie, cher ami,

J’ai déjà traité longuement du glutathion dans une lettre dont le titre était « La petite protéine gardienne de votre santé », que je vous invite à relire afin de ne pas me répéter.

Je vous y décrivais les cibles de cette protéine synthétisée par le foie, au centre de toutes nos défenses contre le stress oxydant[1], ainsi que son potentiel de prévention sur l’ensemble des maladies liées au vieillissement et à l’inflammation chronique : Alzheimer, Parkinson[2], certaines maladies de l’œil comme la cataracte et probablement la DMLA[3].

Or dès la cinquantaine, nous sommes tous en risque de manquer de glutathion, et ce déficit sera d’autant plus significatif si :

  • nos métabolismes digestifs et hépatiques sont perturbés ;
  • nous restons dans un état de stress chronique ;
  • nous sommes trop exposés à des intoxications aux métaux lourds[4], comme le plomb et le mercure[5], ou à des perturbateurs endocriniens.

En effet, de nombreux facteurs environnementaux peuvent altérer nos capacités de détoxication : le stress, les virus (tel que celui d’Epstein Barr), l’excès d’œstrogènes, l’utilisation fréquente de vernis à ongles et dissolvants, l’exposition aux métaux lourds (par exemple via le mercure des amalgames dentaires, des vaccins, des poissons pollués tels que le thon, le cadmium du tabac, le plomb des conduites d’eau trop anciennes, ou de certains verres et ustensiles en céramique) et l’exposition à d’autres substances « œstrogène like » (telles que les pesticides, les herbicides, les colles de moquettes synthétiques et les fenêtres en polyvinyle chlorure ou PVC).

La bonne nouvelle, c’est que nos capacités de détoxication peuvent être restaurées par la prise de glutathion. 

Il est bien entendu possible d’évaluer son possible déficit en glutathion, mais cela nécessite un prélèvement de sang congelé, envoyé à -80° dans le seul laboratoire, qui, à ma connaissance, fait ce type d’analyse : le CHU de Grenoble[6]. Ce sont des bilans de stress oxydant qui, malheureusement, du fait de la complexité, du prélèvement, du transport et de l’analyse, ont un coût de quelques centaines d’euros. De plus, du fait de cette complexité, peu de laboratoires de villes acceptent de faire et envoyer ces prélèvements à Grenoble. Vous trouverez tous les renseignements actualisés, les sites de prélèvement et les prix[7] des différents bilans en téléphonant à BioEquinoxe, la société qui réalise les bilans au sein du CHU de Grenoble, au numéro suivant : (+33).06.08.80.07.14.

Il existe beaucoup d’autres bilans de stress oxydant, comme ceux de Cerballiance[8], de Biopredix[9], du laboratoire Barbier[10] ou de Synlab[11], mais la plupart de ces bilans n’utilisent pas le sang congelé et ne dosent donc que certains cofacteurs du glutathion, comme la glutathion peroxydase. Ce sont des examens moins coûteux mais, à mon avis, moins spécifiques pour indiquer ou guider une supplémentation. Pour être tout à fait complet, la plupart de ces bilans ne nécessitent pas d’ordonnance, mais leur coût reste totalement à votre charge, ce qui ne me semble pas irréalisable si l’on fait un bilan une fois tous les deux ans pour s’assurer de ses bonnes défenses antioxydantes.

Je me suis rendu compte, du fait de la pandémie de Covid-19, que les « fantastiques » pouvoirs d’une supplémentation en glutathion allaient bien au-delà de ce que j’ai pu décrire dans cette première lettre.

Je pense qu’il est important que vous en ayez connaissance.

Glutathion et Covid-19

Ce sont les bons résultats d’une supplémentation en glutathion de l’ordre de 2 à 3 grammes par jour sur les symptômes du Covid long qui m’ont décidé à rédiger cette nouvelle lettre. De nombreux confrères m’ont fait part de leurs résultats spectaculaires apparus parfois en quelques jours ! Déficits du goût et de l’odorat, fatigue extrême, douleurs diverses, troubles cognitifs, et surtout l’atteinte pulmonaire, dont la conséquence est l’essoufflement et la baisse du taux d’oxygène dans le sang[12], ont été diminués dans une proportion de 50 à 100 % par la supplémentation en glutathion.

En réalité, ces résultats ne devraient pas nous surprendre, puisqu’on avait déjà observé ces bienfaits dans l’évolution des infections grippales[13] et mycobactériennes.[14]

Tous ces effets du glutathion sont la conséquence de son action sur le système immunitaire. Ce dernier fonctionne mieux si les cellules lymphoïdes qui le constituent ont un taux de glutathion équilibré. Les données disponibles suggèrent que les lymphocytes provenant de personnes en bonne santé ont, en moyenne, un niveau de glutathion optimal[15]. Le glutathion est essentiel pour certaines fonctions du système immunitaire, comme la prolifération des lymphocytes T, qui éliminent les agents pathogènes considérés comme dangereux pour l’organisme.

Une étude de décembre 2020[16] confirme d’ailleurs ces faits : elle montre que la diminution du glutathion peut jouer un rôle central dans la mortalité et les conséquences physiques du Covid-19, dont le syndrome de détresse respiratoire aigu.

En outre, elle démontre comment l’épuisement du glutathion pourrait entraîner une défaillance du système immunitaire et rendre les organes cibles vulnérables aux dommages causés par le stress oxydatif. Par conséquent, la supplémentation en glutathion peut réduire la gravité et la mortalité du Covid-19.

Les autres « cibles » d’une bonne supplémentation en glutathion

Si le bénéfice d’une supplémentation en glutathion est aujourd’hui connu dans le cadre des intoxications chroniques aux métaux lourds, il l’est moins pour d’autres affections. Cela mérite pourtant qu’on s’y intéresse. 

Glutathion, grossesse et fertilité

Le glutathion est impliqué à la fois dans la fertilité féminine et masculine. Dans les troubles de la fertilité, il existe souvent un stress oxydatif et/ou une intoxication aux polluants (métaux lourds, pesticides, tabac) qui compromettent la qualité des gamètes féminines et masculines, comme l’altération de l’ADN des spermatozoïdes[17]. L’exposition maternelle aux métaux lourds est associée à une diminution du taux de glutathion réduit dans le sang, ayant pour conséquence un stress oxydatif et une mauvaise détoxification des substances pathogènes[18]. Un déséquilibre hormonal est un facteur d’infertilité : un excès d’œstrogène par rapport à la progestérone pour les femmes, et un excès d’œstrogène par rapport à la testostérone chez l’homme. Sont en cause les substances de type œstrogène-like retrouvées dans les perturbateurs endocriniens[19]. Chez les hommes, les œstrogènes affectent le système reproducteur. Pour le fœtus, l’exposition à l’excès d’œstrogène pourrait influencer le développement de certaines structures de l’appareil reproducteur masculin[20]. 

Glutathion et maladies cardiovasculaires

Des études ont montré que le glutathion peut réduire les dommages cardiaques dans l’infarctus du myocarde, en raison de son effet antioxydant puissant et de l’élimination des radicaux libres[21]. De faibles taux sanguins de glutathion réduit peuvent être associés à un risque accru de resténose coronarienne (une récidive du rétrécissement de l’artère) après une intervention coronarienne percutanée (ou angioplastie)[22].

Glutathion, arthrites et inflammations articulaires

La polyarthrite rhumatoïde est une maladie auto-immune, caractérisée par une inflammation articulaire. Dans plusieurs études, les dommages oxydatifs induits par les espèces réactives de l’oxygène ont été liés à la physiopathologie de la polyarthrite rhumatoïde. Par son fort pouvoir antioxydant, le glutathion contribue à réduire les dommages induits par les radicaux libres dans les cas de polyarthrites rhumatoïdes.

Glutathion et diabète

Il a été rapporté que la concentration intracellulaire de glutathion diminue dans le diabète de type 2. L’inactivation de la synthèse du glutathion chez les patients diabétiques augmente la sensibilité des cellules au stress oxydatif, et ces changements peuvent conduire au développement de certaines complications dans le diabète type 2[23]. Une supplémentation peut donc s’avérer bénéfique. 

Glutathion, asthme et inflammation pulmonaire

Dans les échantillons pulmonaires de patients asthmatiques, on observe généralement une augmentation localisée des taux de glutathion, qui semblent être liés au niveau d’inflammation pulmonaire et sont donc considérés comme une réponse adaptative au stress oxydatif associé. Le rôle du glutathion dans la régulation du stress oxydant est important chez les asthmatiques, et la baisse de son taux peut contribuer à la maladie[24].

Glutathion et cancers

Une évaluation des taux plasmatiques de glutathion total, de glutathion oxydé et de glutathion réduit par un bilan complet de stress oxydant, et une supplémentation adaptée en fonction de ces taux pourraient avoir des effets positifs sur les cancers, comme ceux de la vessie ou du pancréas, et plus largement sur l’ensemble des affections où le système immunitaire est débordé. 

Comment augmenter votre statut en glutathion ?

Dans la lettre précitée, j’indique d’une part quels sont les aliments qui apportent du glutathion et quels en sont les précurseurs. Parmi ces derniers, j’aimerais revenir sur la N-acétyl-cystéine (NAC). En effet, elle permet de restaurer les stocks de glutathion diminués. On la dose spécifiquement dans les bilans de stress oxydatif, et j’ai remarqué qu’une supplémentation par voie orale pouvait, à elle seule, normaliser les taux de glutathion.  On la trouve en pharmacie en sachets de 200 milligrammes[25].

D’autre part, une étude de novembre 2020[26] confirme les effets de la NAC en prévention et en traitement des symptômes du Covid-19. Elle a été utilisée pour traiter des patients atteints de sepsis gravement malades, et plus récemment pour des patients Covid-19. Contrairement au glutathion, la NAC est un nutriment accessible et peu coûteux, que tout le monde pourrait avoir dans sa pharmacie familiale en cas de besoin.

Pour vous supplémenter en glutathion, sachez qu’il en existe de nombreuses formes, la difficulté étant de trouver la forme la plus biodisponible, car cette molécule est sensible à l’oxydation. Certains laboratoires l’associent à de la vitamine C, qui augmente sa biodisponibilité, comme le Glutathion-R[27] en gélules du laboratoire Bionops[28], à ma connaissance le plus dosé, avec le Glutathion réduit de Supersmart (qui n’apporte pas de vitamine C). La forme perlinguale (comprimé à sucer) est également une bonne forme, comme le L-Glutathion de Vit’all+, dosé à 100 milligrammes. Il existe d’autres formes dont je n’ai pas l’expérience, comme le Glutathione liposomal en gélules de Goldman Laboratories,  ou le Sublinthion du laboratoire Le Stum. Cette liste n’est bien entendu pas exhaustive, et chacun pourra choisir la forme qui lui convient en fonction de ses préférences et de son budget.

Dans la majorité des cas, une dose de 500 milligrammes par jour est déjà suffisante, mais en cas de symptômes infectieux importants, cette dose peut être doublée ou quadruplée, du moins au début, pour obtenir un soulagement significatif.

Chers amis, n’hésitez donc pas, en cas d’infection chronique ou dès la cinquantaine, à demander un bilan de stress oxydant, et si besoin, à vous supplémenter. Vous n’imaginez pas tous les bénéfices que vous allez en tirer.

Prenez soin de vous,

Docteur Dominique Rueff


[1] https://www.lettre-docteur-rueff.fr/stress-oxydant/

[2] https://www.lettre-docteur-rueff.fr/ma-strategie-longue-vie/

[3] Qin L, Mroczkowska SA, Ekart A, Patel SR, Gibson JM, Gherghel D. « Patients with early age-related macular degeneration exhibit signs of macro- and micro-vascular disease and abnormal blood glutathione levels. » Graefes Arch Clin Exp Ophthalmol. 2014 Jan;252(1):23- 30

[4] Barcelos GR, et al. « Polymorphisms in glutathione-related genes modify mercury concentrations and antioxidant status in subjects environmentally exposed to methylmercury. » Sci Total Environ. 2013 Oct 1;463-464:319-25.

[5] Contenu dans les amalgames dentaires : Picot A. et Grosman M., « Le mercure des amalgames dentaires, l’un des principaux facteurs étiologiques de la maladie d’Alzheimer ? » 2007 ; et Grosman M. et Lenglet R., Menace sur nos neurones, éditions Actes Sud, septembre 2011

[6] https://biologie.chu-grenoble.fr/biochimie-hormonale-et-nutritionnelle

[7] Pour les bilans comprenant le glutathion, les prix vont de 285 à 395 euros (en date de juillet 2021).

[8] www.cerballiance;fr

[9] www.biopredix.com

[10] https://www.laboratoirebarbier.bio/

[11] www.synlab.fr

[12] Mesurée au bout du doigt par un oxymètre que l’on peut acheter dans toutes les pharmacies pour une vingtaine d’euros.

[13] Cai J, et al., « Inhibition of influenza infection by glutathione », Free Radic Biol Med. 2003 Apr 1;34(7):928-36.

[14] Venketaraman V, et al., « Role of glutathione in macrophage control of mycobacteria. » Infect Immun. 2003 Apr; 71(4):1864-71.

[15] Dröge W1, Breitkreutz R., Gl»utathione and immune function.» Proc Nutr Soc. 2000 Nov;59(4):595-600.

[16] Khanfar A, Al Qaroot B. «Could glutathione depletion be the Trojan horse of COVID-19 mortality?» Eur Rev Med Pharmacol Sci. 2020 Dec;24(23):12500-12509. doi: 10.26355/eurrev_202012_24046.

[17] Une étude récente a évalué l’impact d’un trouble de l’équilibre oxydo-réducteur chez 83 femmes ayant fait des fausses couches. Les résultats ont permis d’affirmer que le statut antioxydant total était significativement plus faible chez les femmes ayant fait une fausse couche : Omeljaniuk WJ, et al., « Antioxidant status in women who have had a miscarriage. » Adv Med Sci. 2015 Sep;60(2):329-34.

[18] Tabacova S1, et al., « Complications of pregnancy in relation to maternal lipid peroxides, glutathione, and exposure to metals. » Reprod Toxicol. 1994 May-Jun;8(3):217-24.

[19] Ils sont partout dans nos aliments, nos cosmétiques, nos produits d’entretien et il est bien difficile d’y échapper, d’où l’intérêt de tout ce qui peut nous aider à nous détoxiquer.

[20] Vincenzo Rochira, et al., « Estrogens and male reproduction », Endotext November 24, 2016

[21] Sudha M, et al., « Protective effect of glutathione against isoproterenol induced myocardial injury in rats », Indian J Physiol Pharmacol. 2013 Apr-Jun;57(2):132-7.

[22] Pietruszyński R,  et al., « Role of preprocedural glutathione concentrations in the prediction of major adverse cardiacevents in patients with acute coronary syndrome treated with percutaneous coronary intervention », Pol Arch Med Wewn. 2013;123(5):228-37.

[23] Yoshida K, « Weakened cellular scavenging activity against oxidative stress in diabetesmellitus: regulation of glutathione synthesis and efflux », Diabetologia. 1995 Feb;38(2):201-10

[24] Reynaert NL., «Glutathione biochemistry in asthma». Biochim Biophys Acta. 2011 Nov;1810(11):1045-51

[25] On en conseille la plupart du temps 3 par jour

[26] Zhongcheng Shi, Carlos A Puyo, « N-Acetylcysteine to Combat COVID-19: An Evidence Review » Ther Clin Risk Manag. 2020 Nov 2. doi: 10.2147/TCRM.S273700

[27] Pour 2 gélules de 500 milligrammes de glutathion et 217 milligrammes de vitamine C

[28] Que je tiens ici à remercier pour m’avoir fourni une documentation très complète sur le glutathion




N'hésitez pas à commenter la lettre de ce jour ci-dessous. Veuillez cependant noter que, en raison du très grand nombre de commentaires, le Dr Rueff ne pourra pas vous répondre individuellement.


5 réponses à “Les fantastiques pouvoirs du glutathion et son action sur le Covid-19”

  1. leroux dit :

    Bonjour , merci pour ces infos , je souhaiterais connaître vos préconisations : NAC ou gluthation , toute l’année ou par cure ? Merci

  2. Dr Rueff dit :

    Des cures de 3 mois espacées de 3 mois sont raisonnables sauf problèmes particuliers

  3. NATALIA RONCARI dit :

    Bonjour, Docteur
    Merci pour cet article très instructif. Je dois faire un voyage à Moscou où le taux de variant Delta est largement supérieur à l’Europe. J’ai envisagé de prendre le Glutathion en prévention ? Est-ce justifié et si oui, quel est le dosage ?
    Merci par avance
    Natalia

    • DOMINIQUE RUEFF dit :

      Ce n’est pas une prévention sreicto sensu mais plutôt un protocole d’atténuation des risques en cas d’infections.
      Liser mon avant dernière lettre

  4. Yanet Ponce dit :

    Hola doctor, muy interesante descripción del glutation en termino general.pueden tomarlo los jóvenes a partir de 20 años?

    Y si pudiera aclararme leí que terapias oxidativas son efectivas contra virus y bacterias ,y como es que los antioxidantes también funcionan para eliminar patógenos,gracias.

Répondre à NATALIA RONCARI Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CES DÉCOUVERTES QUE VOUS DEVEZ ABSOLUMENT CONNAÎTRE

Ce fabuleux livre a changé la vie de milliers de personnes…

…Et pourtant il est INTROUVABLE dans le commerce.

Recevez EN CADEAU chez vous ce livre au format papier.

45 percées historiques de santé naturelle sur les sujets suivants : cancer, arthrose, Alzheimer, prostate, hypertension, cholestérol, Parkinson et bien d’autres encore…