La « globésité » : une pandémie bien plus grave que le Covid ? – 2ème partie

Chère amie, cher ami,

Quand il s’agit de perdre du poids, on entend beaucoup de choses, de conseils, dont certains ne sont pas toujours faciles à appliquer, d’autant plus lorsqu’on est en situation d’obésité[1]. Faisons le tour des possibilités, puis découvrons ensemble une méthode qui me semble prometteuse pour perdre du poids efficacement.

« Pour perdre du poids, il suffit de manger moins et mieux »

C’est vrai, mais cela ne se fait pas du jour au lendemain. Certaines marques font d’ailleurs fortune en commercialisant des régimes alimentaires avec des plats ou des aliments hypocaloriques. Mais la réduction des apports caloriques a ses limites :

  • Plus on diminue ses apports, plus on ralentit son métabolisme, notamment celui de la thyroïde, et moins on maigrit facilement.

 

  • Plus on maigrit et surtout plus on maigrit vite, plus vite on reprend ses kilos. Souvent, on en reprend plus que ce que l’on avait perdu… C’est le fameux effet yo-yo que certains subissent tout au long de leur vie.

 

  • Plus on maigrit, plus cela peut entraîner des conséquences esthétiques sur la peau : vergetures, peau qui pend….

Je ne m’étendrai pas davantage sur le sujet de l’alimentation dans cette lettre. J’ai en effet proposé le schéma d’une bonne et saine alimentation dans de nombreuses lettres[2], auxquelles je vous propose de vous référer sur mon site internet : www.lettre-docteur-rueff.fr

« Il faut bouger plus pour lutter contre la sédentarité »

Ce n’est évidemment pas tout à fait faux, mais je peux vous assurer que faire pédaler un obèse pendant des heures sur un vélo d’appartement ne lui apportera pas grand secours et le découragera (sauf quelques exceptions) avant qu’il n’obtienne un résultat significatif.

De plus, l’augmentation de l’exercice physique a aussi ses limites :

  • On observe souvent un manque d’adhésion à l’effort soutenu dans le temps et une augmentation d’appétit, et donc de l’apport énergétique, après la séance.
  • Contrairement à une personne de poids normal, la perte de tissu graisseux à l’effort est faible chez une personne obèse[3][4]. En d’autres termes, lorsque vous êtes en excès de poids et que vous faites un exercice soutenu[5], vous perdez peu de masse grasse alors qu’au contraire, lorsque vous avez un poids normal, ce même exercice vous permettra de maintenir votre poids.
  • Les résultats sont souvent difficiles à obtenir sur les zones les plus disgracieuses, comme les « poignées d’amour ».
  • In fine, on se fatigue et on se lasse à la fois du régime et de l’exercice avant d’obtenir un résultat stable et définitif : c’est la grande limite du traitement de l’obésité par l’exercice physique seul.

Les pilules amincissantes

Dans ce domaine, les fausses promesses et les dérives sont nombreuses. Beaucoup de médicaments ou compléments ont été retirés du marché à cause de leur dangerosité, quand d’autres ne sont pas sans effets secondaires[6], comme une accélération importante du transit.

Il existe encore d’autres moyens de perdre du poids :

  • La chirurgie bariatrique[7], qui n’est pas sans danger et que l’on réserve à des personnes en obésité sévère qui n’ont plus d’autres solutions.

 

  • Le dépistage biologique et le traitement des hypothyroïdies méconnues[8] qui, malheureusement, ne sont pas assez prescrits en médecine générale courante.

La cryothermogénèse, une nouvelle méthode qui gagne à être connue

Nous avons vu que « traitements » de l’obésité généralement proposés sont assez limités : les régimes et l’exercice physique sont plus faciles à conseiller qu’à mettre en place durablement.

Mais il existe une méthode qui permet de contourner ces « échecs » : c’est la cryothermogénèse[9].  Cette méthode consiste à élever, localement, la température du corps en appliquant du froid. Quand on applique du froid sur un corps humain, sa température interne ne diminue pas : contrairement à ce que l’on peut penser, elle augmente !

Une séance de cryothermogénèse consiste à fixer sur le corps, pendant une durée qui peut varier de 1h30 à 2 heures, des sondes qui se présentent comme de grosses ventouses emprisonnant le tissu adipeux externe, le massant et le refroidissant. Ces sondes produisent ainsi dans le tissu adipeux un phénomène de thermogénèse dite « non frissonnante »[10], qui fait paradoxalement « fondre » la graisse et provoque, en cours de séance, une dépense énergétique importante. La personne traitée n’a jamais froid et n’a jamais de tremblements pendant le soin. En fait, sa température interne augmente, ce qui indique que la thermogénèse[11] est activée. Ce processus permet de réduire en quelques séances la taille des cellules graisseuses, que l’on appelle adipocytes.

Depuis 2014, les travaux des chercheurs S. Loap et R. Lathe[12] montrent que les séances de cryothermogénèse entraînent :

  • une perte rapide de la masse grasse sous-cutanée, sans provoquer de mort cellulaire de la cellule graisseuse, mais une simple diminution de sa taille ;
  • une perte de masse graisseuse additive : plus on fait de séances, plus on perd de graisse et cette perte de masse grasse perdure dans le temps ;
  • une perte de masse grasse qui se situe aussi bien au niveau de la graisse brune[13] profonde que de la graisse blanche[14] superficielle pour un meilleur résultat esthétique ;
  • des dépenses énergétiques, nécessaires pour se réchauffer après exposition au froid intense, ce qui permet de brûler des calories (on estime qu’il faut brûler 7000 à 7500 kilocalories par semaine pour perdre 1 kilo).

Le phénomène peut être comparé à celui d’une lampe à huile, qui produit de l’eau (H20) et du gaz carbonique (CO2) :

  • le CO2 est éliminé par l’expiration ;
  • l’eau produite par la combustion est éliminée dans les urines ;
  • la graisse est donc consommée.

Pour mieux comprendre ce phénomène, laissez-moi vous expliquer le fonctionnement d’une cellule graisseuse.

Les cellules graisseuses, ou adipocytes

Pour mieux comprendre l’action de la cryothermogénèse sur ces cellules graisseuses, il faut savoir que :

  • le nombre d’adipocytes augmente pendant l’enfance et l’adolescence, et se stabilise à l’âge adulte ;
  • les adipocytes matures ne se multiplient pas avec l’âge ;
  • chez les personnes obèses, la taille des adipocytes augmente considérablement[15]. La taille des adipocytes varie de 20 à 180 micromètres de diamètre. Chez une personne obèse, leur taille peut être multipliée par 730.

Avec la cryothermogénèse, ces cellules graisseuses (adipocytes) brûlent comme la graisse d’une lampe à huile, et cela concerne aussi bien les graisses superficielles que les graisses profondes au niveau des zones traitées. En réaction au froid, le corps se réchauffe en utilisant la graisse comme « carburant énergétique ». Cette méthode élimine ainsi la graisse sans efforts, d’une manière harmonieuse sur toutes les zones où elle était accumulée. De plus, la masse dite « maigre », essentielle au bien-être et à la bonne santé du corps, et notamment les muscles, augmente. Grâce à l’effet « tenseur » des sondes, la cryothermogénèse permet également de traiter le relâchement cutané des avant-bras, des cuisses, du dos et de l’abdomen.

Une séance d’un peu plus d’une heure brûle l’équivalent énergétique dépensé lors d’une course à 8 km/h pendant cinq heures (soit un marathon), et ce sans ouvrir l’appétit, sans effort ni fatigue.

Les trois temps d’un traitement de cryothermogénèse

1.   Réaliser un bilan biologique complet, qui a pour but :

a.     d’inventorier tous les paramètres métaboliques, nutritionnels et hormonaux susceptibles de générer l’excès de poids ;

b.    de mesurer les risques et comorbidités éventuels de la personne, afin de proposer des solutions thérapeutiques et des complémentations nutritionnelles adaptées à ces risques.

2.    Évaluer et mesurer très exactement la situation de surpoids :

a.     par des mesures anthropométriques classiques, comme le tour de taille et des photographies soigneusement calibrées ;

b.    par des mesures très précises de masse grasse/masse maigre, permettant d’évaluer la composition corporelle. Cela se fait lors d’un examen d’absorbtiométrie biphotonique, au moyen d’une machine, le DEXA Scan[16], qui est une évolution de celles utilisées couramment pour mesurer la densité osseuse. On obtient une image comme celle ci-dessous. Cet examen permet d’évaluer très précisément le travail à réaliser et de visualiser les effets à long terme :

www.cryolean.paris

3.     La séance de cryothermogénèse, qui consiste à poser sur les zones choisies environ huit sondes, qui vont à la fois masser et refroidir les tissus. Cette séance dure environ une heure et demie.

Elle est systématiquement précédée d’un test d’allergie au froid dit « test du glaçon ».

Concernant le coût de ce traitement : chaque situation est différente et le prix dépend, d’une part, de l’importance de la masse grasse à éliminer, et d’autre part, de la vitesse souhaitée pour l’obtention du résultat. En moyenne, pour une perte harmonieuse de 5 à 7 kilos de masse grasse en trois mois, il faut compter environ 3000 €. Ce prix est inférieur à celui d’une liposuccion.

Quelles sont les indications de la cryothermogénèse ?

Marques corporelles de surpoids

  • « Poignées d’amour » – ventre, taille et hanches : ces zones sont réputées pour être très résistantes à l’exercices physique (zone de contrôle complexe par les hormones), voire aux régimes.
  • « Culotte de cheval » – cuisses, bassin et hanches : elle est hormono-dépendante, connue pour n’avoir comme traitement que la chirurgie par liposuccion.
  • « Bosse de bison » (buffalo neck) : au niveau du haut du dos et sous le cou, la graisse à tendance à s’accumuler. En plus de l’aspect disgracieux qui donne l’impression d’être bossu, l’excès de graisse sur ces zones serait lié une augmentation du risque cardiovasculaire, selon les médecins spécialistes de l’obésité[17].
  • Pour les hommes, la « lipomastie » [18] : graisse au niveau de la poitrine, qui conduit à la formation de seins.

Il est bon de rappeler ce que les publicités pour les régimes hypocaloriques ne montrent jamais : que l’amaigrissement par la seule méthode nutritionnelle conduit à l’instauration de plis cutanés très disgracieux, que seule la chirurgie peut atténuer. À l’inverse, la cryothermogénèse, en traitant à la fois les cellules superficielles et profondes, n’a jamais cet effet.

Esthétique du visage

  • Bajoue : l’effet tenseur du froid est bénéfique pour estomper l’affaissement des joues.
  • Double-menton : l’excès de graisse sous le menton finit par provoquer un relâchement des tissus. En brûlant la graisse et en rétractant les fibres élastiques, la technique diminue la pression exercée sur les fibres.

Santé et bien-être

  • Jambes lourdes, mauvaise circulation
  • Cellulite
  • Surpoids : le traitement permet non seulement de brûler la graisse (résultats immédiats), mais en plus déclenche des changements métaboliques qui permettent de combattre pendant des mois le surpoids. Il aide également à prévenir l’insulino-résistance qui peut conduire au diabète.
  • Douleurs du dos : grâce aux sondes massantes, des douleurs chroniques tenaces, résistantes à toute solution classique, peuvent bénéficier du cryo-massage.

Existe-t-il des contre-indications ?

Oui, mais elles sont très limitées et pas forcément définitives :

  • Allergie au froid et cryoglobulinémie[19], antécédents familiaux de Waldeström ou de leucémies ;
  • Hernies et faiblesses des parois abdominales (chirurgie récente de moins de trois mois) ;
  • Pathologies cutanées au niveau des zones traitées (comme un eczéma, une cicatrice…) ;
  • Pathologies psychiatriques (anorexie, boulimie…) ;
  • Pathologies endocriniennes non équilibrées (comme un diabète, une maladie hypophysaire[20], surrénalienne ou thyroïdienne) ;
  • Pathologies cardiovasculaires non équilibrées, comme une hypertension non résolue par le traitement médicamenteux classique.

Quels sont les résultats que l’on peut en attendre ?

Ils sont bien entendu variables en fonction de la situation et de l’histoire de chacun.e. Vous trouverez plus de détails et de témoignages sur le site : www.cryolean.com

Ces résultats sont souvent obtenus en quelques séances (5 pour commencer) avec un suivi et, si besoin, quelques séances supplémentaires au bout d’un mois. Ils seront d’autant appréciables que la personne bénéficie au cours du traitement d’un accompagnement global, avec des conseils nutritionnels (par exemple une éviction maximale des produits sucrés : pain, céréales, pommes de terre, viennoiseries, desserts, fruits – à l’exception des fruits rouges…), la reprise progressive et mesurée de l’exercice quotidien, et si besoin, une supplémentation micronutritionnelle personnalisée[21].

À bientôt,

Docteur Dominique Rueff


[1] Je vous invite à regarder le documentaire intitulé « Globésité : La Nouvelle Frontière de la Graisse », disponible sur Prime Video : https://www.primevideo.com/detail/Globesity-Fats-New-Frontier/0L8GZWCH1U7SDBG713PX8JAWNG

[2] https://www.lettre-docteur-rueff.fr/lalimentation-sante-que-je-vous-conseille/

[3] C’est une réalité que peu de spécialistes comprennent, à l’inverse des personnes obèses qui, souvent, le vivent dans la souffrance.

[4] Stich V. et al. « Activation of alpha(2)-adrenergic receptors impairs exercise-induced lipolysis in SCAT of obese subjects ». Am J Physiol Regul Integr Comp Physiol., 2000,

[5] Par exemple, dans le cadre des recommandations habituelles, 150 minutes par semaine de vélo d’appartement.

[6] Perez M., « Alerte sur Alli et Xenical, des médicaments pour maigrir », lefigaro.fr Santé, 25/09/2011

[7] https://www.abcd-chirurgie.fr/chirurgie-de-l-obesite/la-chirurgie-de-l-obesite-ou-chirurgie-bariatrique

[8] https://www.lettre-docteur-rueff.fr/leffet-papillon/

[9] https://www.cryolean.paris/

[10] Plus d’informations sur la thermogénèse frissonnante et non-frissonnante sur https://olimpsport.com/fr/qu-est-ce-que-la-thermogenese-et-quelle-est-son-importance-pour-l-organisme

[11] C’est une augmentation de la chaleur et donc de la dépense énergétique des tissus.

[12] S. Loap et R. Lathe, «Mechanism Underlying Tissue Cryotherapy to Combat Obesity/Overweight: Triggering Thermogenesis», Journal of Obesity, 2018

[13] Coulon A./fme, « La graisse brune offre un nouvel espoir pour la perte de poids », Sciences-Tech., 2019

[14] Desange M., « Les types de graisse corporelle : avantages, dangers et aspects méconnus », www.pressesante.com

[15] Spalding KL, et al. « Dynamics of fat cell turnover in humans ». Nature. 2008.

[16] « Analyse de composition corporelle – DEXA Scan Paris » monstade.frhttps://monstade.fr/services/analyse-composition-corporelle-paris/

[17] https://mal-de-dos.ooreka.fr/astuce/voir/519375/bosse-de-bison

[18] À ne pas confondre avec la gynécomastie : https://www.linternaute.fr/dictionnaire/fr/definition/gynecomastie/

[19] https://www.orpha.net/consor/cgi-bin/OC_Exp.php?Expert=91139&lng=FR

[20] https://www.docteurclic.com/encyclopedie/maladies-de-l-hypophyse.aspx

[21] En fonction des résultats du bilan qui aura été demandé à l’occasion des premiers traitements de « cryo »



N'hésitez pas à commenter la lettre de ce jour ci-dessous. Veuillez cependant noter que, en raison du très grand nombre de commentaires, le Dr Rueff ne pourra pas vous répondre individuellement.


2 réponses à “La « globésité » : une pandémie bien plus grave que le Covid ? – 2ème partie”

  1. Joël dit :

    Cher confrère,

    merci de votre article fort intéressant sur la cryothermogénèse, qui n’est pas sans me rappeler les effets bénéfiques de la cryothérapie (cependant ignorés et contestés par la médecine dite conventionnelle!) tels que prônés par Wim Hof. Auriez-vous des sources permettant d’explorer ce parallèle?
    Par ailleurs, une erreur de langage, détail certes, s’est glissée dans votre article , issue du site internet cryolean, auquel vous vous référez: le mot « bajoue » existe, mais non pas « bas joue ». Pour les amoureux de la langue française… dont je suis.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CES DÉCOUVERTES QUE VOUS DEVEZ ABSOLUMENT CONNAÎTRE

Ce fabuleux livre a changé la vie de milliers de personnes…

…Et pourtant il est INTROUVABLE dans le commerce.

Recevez EN CADEAU chez vous ce livre au format papier.

45 percées historiques de santé naturelle sur les sujets suivants : cancer, arthrose, Alzheimer, prostate, hypertension, cholestérol, Parkinson et bien d’autres encore…

J’accepte, en renseignant mon adresse email, d’être abonné(e) à la lettre gratuite du Docteur Rueff de Totale Santé SA. Mon adresse email restera strictement confidentielle et ne sera jamais échangée. Je peux me désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus sur mes droits, je peux consulter la politique de confidentialité.