Covid, rhino et autres virus : il est temps de booster votre immunité !

Chère amie, cher ami,

Froid, rhumes, grippes, coronavirus et reconfinement… Rien ne nous invite à la sérénité en ce moment. Et comme le dit très bien Fabrice Midal : « La sérénité, c’est sortir de l’obsession pour être pleinement présent à ce qui est, dans un accord parfait avec ce qui est, à l’unisson de la vie. Dans la serenitas, la clarté, l’amplitude… »[1].

Vous avez là la clef de la prévention et de la santé… 

Vos armes pour affronter l’hiver

Mais ne vous laisser pas atteindre par la morosité ambiante, et surtout, ne laissez pas l’hiver vous dicter sa voie. Je vous le disais en janvier 2017[2], et je le redis aujourd’hui avec force ! Soyez plus qu’attentif à :

  • votre supplémentation régulière en vitamine C : au moins 1 à 2 grammes par jour matin et soir, en sachant que la vitamine C naturelle et sans excipients n’a jamais empêché personne de dormir. Ne lésinez pas sur les kiwis et les fruits rouges (même surgelés), ni sur le persil et les pommes bio qui apportent de la quercétine, un complément indispensable à la vitamine C.
  • votre taux de vitamine D, qui doit se situer entre 30 et 70 ng/ml (nanogrammes par millilitres). Des valeurs inférieures doivent vous conduire à vous supplémenter afin d’arriver aux valeurs supérieures des « fourchettes », sans trop les dépasser. Par expérience, manger des plats riches en légumes colorés à chaque repas peut vous permettre d’éviter cette déficience.

Une étude italienne[3] a récemment rapporté que chez les patients très malades de la Covid-19, des taux sanguins de vitamine D en dessous des normales (10 ng/ml) étaient associés à un risque de mortalité dix fois plus élevé que chez ceux dont les taux étaient normaux (30 ng/ml).

Une autre étude[4] vient de confirmer cette étonnante association : en analysant les dossiers médicaux de 235 patients atteints de la Covid-19, les chercheurs ont observé que ceux qui avaient des taux sanguins de vitamine D normaux avaient six fois moins de risque de perdre conscience, deux fois moins de risque d’hypoxie (insuffisance d’oxygène dans le sang) et 50 % moins de risque de mortalité. 

  • votre apport optimal en zinc : ce puissant antiviral est fondamental. N’hésitez pas à vous supplémenter (10 mg par jour de zinc, ou 30 mg de bisglycinate de zinc), car il n’est pas toujours facile à assimiler, même avec des apports végétaux (amandes, pois chiches, cacao, germes de blé, quinoa, sésame, noix de cajou, lentilles, etc.) ou animaux (œufs, fruits de mer, veau, mozzarella, cheddar, yaourts).
  • votre microbiote : mettez systématiquement au menu hivernal un extrait de pépins de pamplemousse (EPP) et un (ou plusieurs) probiotiques.

Notre microbiote joue en effet un rôle fondamental. Les intestins contiennent 60 % de nos cellules immunitaires, ils ont donc un « effet barrière » : ils absorbent les bactéries et germes avant que ceux-ci ne traversent la paroi intestinale et colonisent l’organisme. Le microbiote est aussi la source de certains lymphocytes qui constituent le pilier de nos défenses immunitaires. C’est pourquoi il faut absolument entretenir, en permanence, la diversité de votre microbiote en mangeant des aliments riches en fibres (fruits et légumes, céréales complètes, etc.), plutôt que des produits transformés dont les additifs sont néfastes pour la flore intestinale.

Que penser du vaccin contre la grippe ?

Le discours officiel, celui que vous entendrez sur les grands médias, recommande de se faire vacciner systématiquement contre la grippe afin d’éviter les risques de confondre les premiers symptômes d’une grippe et ceux d’une infection à la Covid-19. C’est en effet assez logique. Pourtant, une étude scientifique[5]publiée le 1er octobre 2020, s’est intéressée à la corrélation possible entre le taux de vaccination contre la grippe et les décès de la Covid-19 chez les personnes âgées, dans 39 pays du monde. Les résultats ont montré une association positive entre les décès de la Covid-19 et le taux de vaccination contre la grippe saisonnière chez les personnes âgées de plus de 65 ans. Si des travaux supplémentaires et une exploration plus approfondie sont nécessaires pour expliquer ces résultats, cela nous rappelle que le choix de la meilleure stratégie en matière de vaccination n’est pas si évident !

Dans tous les cas, il est fondamental d’adopter en priorité une alimentation anti-inflammatoire et riche en micronutriments, celle que je vous ai de nombreuses fois préconisée[6].

Protocole homéopathique anti-grippe

Plutôt que de vous ruer sur le vaccin antigrippal de l’année, je vous invite à pratiquer le protocole de prévention homéopathique « anti-grippe ». Beaucoup de mes patients disent se sentir plus résistants quand ils commencent à le suivre (en général à partir de mi-octobre), en alternant des dilutions de 9CH et 15 CH. Il peut aussi être préconisé après une grippe. Bien entendu, les preuves scientifiques manquent.

Voici le protocole que je vous recommande, dès le mois de novembre et au moins jusqu’en mars, à répéter chaque mois :

  • 1er dimanche du mois : une dose INFLUENZINUM 9CH ;
  • 2ème dimanche du mois : une dose SERUM DE YERSIN 9CH ;
  • 3ème dimanche du mois : une dose INFLUENZINUM 15CH ;
  • 4ème dimanche du mois : une dose THYMULINE 9CH.

Et puisque nous portons des masques… Je vous recommande d’imprégner votre masque d’huiles essentielles antivirales avant de le mettre : une goutte d’huile essentielle de ravintsara + une goutte d’huile essentielle d’origan, ou bien deux à trois gouttes du complexe d’huiles essentielles « 3D Anti’vir ». 

Acceptons d’être inégaux devant les menaces infectieuses

Ce n’est pas seulement votre âge, mais votre état de santé qui vous protège ou non de ces infections, et qui peut conduire à des cas parfaitement asymptomatiques, ou au contraire dramatiques. On l’a malheureusement observé en voyant des formes graves d’infection par la Covid-19 chez des adultes jeunes et même des enfants.

Certains systèmes immunitaires sont plus performants que d’autres. C’est une réalité qui est à la fois liée à nos caractéristiques génétiques, nos antécédents personnels, ainsi qu’à nos modes de vie, d’environnement et d’alimentation. Dans son ouvrage The Compatibility Gene[7] (« Le gène de la compatibilité »), l’immunologiste anglais Daniel M. Davis expose une découverte fondamentale : les gènes codant pour l’immunité représenteraient la partie la plus variable du génome humain, déterminant ainsi une réponse différente d’un individu à l’autre. Ces disparités génétiques proviendraient de l’évolution et permettraient de garantir la survie de l’espèce grâce à une forme de spécialisation de certains individus face à divers types de virus.

Pourquoi le stress est-il le pire ennemi de votre immunité ?

Le stress provoque toujours une augmentation du taux de cortisol, cette hormone produite par nos glandes surrénales en situation de stress. C’est une réaction inflammatoire normale, mais soumis à un stress prolongé et répétitif, le système immunitaire finit par se paralyser et s’éteindre, favorisant ainsi le développement des infections.

Le manque de sommeil, ou un sommeil de mauvaise qualité, sont aussi des portes grandes ouvertes au stress chronique et à un affaiblissement du système immunitaire. Nous y reviendrons, car il existe là aussi un grand débat : vaut-il mieux mal dormir pendant des années, ou céder parfois à la tentation de prendre des médicaments ? C’est un autre sujet sur lequel je reviendrai dans une prochaine lettre.

Pourquoi l’activité physique est-elle le meilleur ami de votre immunité ?

Elle joue un rôle positif sur un grand nombre de systèmes physiologiques et métaboliques, qu’il s’agisse d’absorber de l’oxygène au niveau des poumons, de régulariser le rythme cardiaque ou d’activer la circulation sanguine. Cela va permettre une meilleure répartition des cellules immunitaires à travers l’organisme.

Ainsi, l’expression d’une maladie virale et inflammatoire sera en général toujours moindre chez un sportif que chez un sédentaire. Mais gare aux excès. Je connais bon nombre de sportifs de haut niveau dont les bilans montrent une immunodépression. On peut supposer, justement, que leur activité physique permet de compenser. Ce sont d’ailleurs ces sportifs-là qui, lorsqu’ils prennent leur retraite, tombent très rapidement malade ou voient leur santé fragilisée.

Il existe une nouvelle technique qui associe contraction musculaire et électrothérapie en cours d’effort, c’est le Xbody. Il utilise l’électrostimulation pour cibler des zones et muscles à travailler en « un temps record ». La personne enfile une combinaison contenant des électrodes qui sont reliées à une machine qui génère des impulsions électriques. Les électrodes vont intensifier le travail des muscles pendant la séance sportive. Il est conseillé de le pratiquer au moins deux fois par semaine, du moins au début. Selon les partisans de cette méthode, 30 minutes de pratique équivaudraient en termes de gain de masse musculaire à 1h30 de fitness très soutenu.

Pour terminer, il existe un autre moyen de renforcer votre immunité, qui peut sembler paradoxal : c’est la cryothérapie. Cette technique consiste à exposer le corps à un air glacé pendant 1 à 3 minutes à une température qui peut varier entre -110 et -150° (environ trois fois la température polaire !). Le corps ainsi exposé développe une défense et une réaction contre le froid qui génèrent des effets positifs sur tout un ensemble de pathologies et sur le système immunitaireJ’ai écrit une lettre[8] à ce sujet, que je vous invite à (re)lire si vous souhaitez en savoir plus. Je suis convaincu de l’efficacité de cette thérapie, puisque que je la pratique personnellement une fois par semaine. N’ayez aucune crainte de tester !

Surveillez bien votre boîte mail,

Docteur Dominique Rueff


[1] Comment rester serein quand tout s’effondre, Fabrice Midal, Flammarion, septembre 2020

[2] https://www.lettre-docteur-rueff.fr/ne-laissez-lhiver-dicter-loi/

[3] Carpagnano GE, Di Lecce V, Quaranta VN, Zito A, Buonamico E, Capozza E, Palumbo A, Di Gioia G, Valerio VN, Resta O. « Vitamin D deficiency as a predictor of poor prognosis in patients with acute respiratory failure due to COVID-19« . J Endocrinol Invest. 2020 Aug 9:1–7. doi: 10.1007/s40618-020-01370-x.

[4] Maghbooli Z, Sahraian MA, Ebrahimi M, Pazoki M, Kafan S, Tabriz HM, Hadadi A, Montazeri M, Nasiri M, Shirvani A, Holick MF. « Vitamin D sufficiency, a serum 25-hydroxyvitamin D at least 30 ng/mL reduced risk for adverse clinical outcomes in patients with COVID-19 infection« . PLoS One. 2020 Sep 25;15(9):e0239799. doi: 10.1371/journal.pone.0239799.

[5] https://www.researchgate.net/publication/344270570_Positive_association_between_COVID-19_deaths_and_influenza_vaccination_rates_in_elderly_people_worldw

[6] Je vous invite à lire notamment ma lettre « L’alimentation santé que je vous conseille » du 30 avril 2019, disponible sur : https://www.lettre-docteur-rueff.fr/lalimentation-sante-conseille/

[7] The Compatibility Gene, Daniel M. Davis, Penguin, 2014.  Non traduit en français.

[8] « Soignez-vous par le grand froid ! », lettre du 15 décembre 2019, disponible sur : https://www.lettre-docteur-rueff.fr/soignez-vous-par-le-grand-froid-2/



N'hésitez pas à commenter la lettre de ce jour ci-dessous. Veuillez cependant noter que, en raison du très grand nombre de commentaires, le Dr Rueff ne pourra pas vous répondre individuellement.


12 réponses à “Covid, rhino et autres virus : il est temps de booster votre immunité !”

  1. lefranc raymonde dit :

    merci docteur

  2. Marie-Hélène Oliete dit :

    Merci pour cette lettre.

  3. Josyane MEAUX dit :

    Bonjour, que préconisez vous pour des enfants à compter de 3 ans ? Merci

  4. FAILLIOT dit :

    Bonjour,
    Je cite:
    « votre taux de vitamine D doit se situer entre 30 et 70 ng/litre, ou 25 à 75 nmol/litre. »
    Autant je suis d’accord sur le taux ng/litre, mais le taux nmol/l me parait erroné il est plutôt de 50 à 150 nmol/l. soit le double que ce que vous préconisez…
    Merci de confirmer ou d’infirmer mes dires
    Cordialement

  5. Bernard ANTONY dit :

    Merci beaucoup de parler de tous les bénéfices et bienfaits que nous pouvons tirer de l’utilisation des huiles essentielles dont les médias une fois de plus n;en parlent guère.
    Mon beau frère vétérinaire qui soigne depuis des années avec les huiles essentielles s’émerveille chaque jour des résultats obtenus chez les grands mammifères mais qui a été convoqué par l’ordre pour l’empêcher de continuer !!!

  6. Encarnita dit :

    Bonjour,
    En ce qui concerne l’utilisation du Xbody pour les personnes âgées (77 ans), je me demande si cela n’entraînerait pas des problèmes au niveau du coeur.
    Mercei

  7. Hajar dit :

    Bonjour Docteur
    Je viens de terminer mon protocole pour un cancer du sein hormono dépendant
    J aimerais savoir quel serait le meilleur moyen pour reprendre  » l energie  » et booster son immunité.
    Je suis un régime végétarien et je fais de la marche 3 fois par semaine et je me sens toujours épuisée moralement et physiquement
    Je vous remercie de m avoir lu
    J attends votre réponse et je vous souhaite une bonne continuation et merci encore pour tous vos efforts
    Bien à vous
    Mme Hajar

  8. Claudine Monago dit :

    Vous avez omis de dire que les EPP sont des puissants
    immunostimulants donç interdits pour les maladies auto-immunes. Aussi je ne peux plus prendre en çonsidération tous les artiçles que je reçois sur les remèdes naturels s’il n’y a pas de préçision pour les maladies auto-immunes.
    Exemple : je prends de l’ huile essentielle de ravintsara et malheureusement je viens d’apprendre que ç’est un immunostimulant. Je suis dégoûtée

  9. Claudine Monago dit :

    « Vous avez omis de dire que les EPP sont des puissants
    immunostimulants donç interdits pour les maladies auto-immunes. Aussi je ne peux plus prendre en çonsidération tous les artiçles que je reçois sur les remèdes naturels s’il n’y a pas de préçision pour les maladies auto-immunes.
    Exemple : je prends de l’ huile essentielle de ravintsara et malheureusement je viens d’apprendre que ç’est un immunostimulant. Je suis dégoûtée « 

  10. Nbel dit :

    Personnellement j’ai essaye de mettre 1 goutte de tea tree ou 1 de ravintsara, je ne le fais plus trop fort près du nez et des yeux je pleurais

  11. Michel dit :

    Bonjour
    En lisant l’article certaines valeurs me paraissent incohérentes à savoir:
    D’un côté je lis le taux de vitamine D doit être de 30 à 70 ng par litre et quelques lignes plus bas on parle de 30 ng par millilitre
    Il y a un rapport de 1 à 1000 entre les deux !

  12. marguerite dit :

    bonjour docteur je suis très contente de recevoir vos lettres
    pour la grippe je prends des doses d ‘homeopathie
    ça me réussit bien sur cette dernière lettre
    je prends influenzinum 9 ch sérum de yersin 9ch
    tubercurlinum 9ch je prends pas tymuline?
    merci de vos bons conseils.

Répondre à Bernard ANTONY Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CES DÉCOUVERTES QUE VOUS DEVEZ ABSOLUMENT CONNAÎTRE

Ce fabuleux livre a changé la vie de milliers de personnes…

…Et pourtant il est INTROUVABLE dans le commerce.

Recevez EN CADEAU chez vous ce livre au format papier.

45 percées historiques de santé naturelle sur les sujets suivants : cancer, arthrose, Alzheimer, prostate, hypertension, cholestérol, Parkinson et bien d’autres encore…