Avez-vous du psoriasis ?

Voici comment l’améliorer !

Partie 1 

Chère amie, cher ami,

Répondre à cette question n’est pas chose facile… En effet, le psoriasis est une maladie qui peut prendre de multiples aspects, comme de simples démangeaisons dans le cuir chevelu, des décollements et effritements des ongles, ou encore des plaques de petites pustules blanches sur les mains. Mais ces démangeaisons, aussi « banales » soient-elles, peuvent évoluer vers une forme plus sournoise de la maladie : l’arthrite psoriasique, dont l’origine passe souvent inaperçue.

Le psoriasis, qu’est-ce que c’est réellement ?

Le psoriasis est une maladie chronique et auto-immune de la peau qui touche 2 à 3 % de la population. Elle se caractérise par des lésions érythémato-squameuses qui peuvent, dans certaines formes évoluées, diminuer considérablement la qualité de vie.

L’origine du psoriasis est encore mal connue. Mais comme dans toutes ces maladies auto-immunes – qu’il s’agisse d’arthrite, de thyroïdite, de pancréatite, etc., – le système immunitaire est hyper stimulé et se retourne contre son hôte. Les nouvelles cellules de la peau sont alors poussées vers la surface à un rythme qui ne permet plus d’éliminer les cellules mortes. Si bien que ces cellules s’accumulent à la surface et forment ces fameuses plaques caractéristiques du psoriasis. Elles se recouvrent de squames blanches, constituées de cellules mortes, puis deviennent rouges et irritées, à cause de l’afflux sanguin au niveau de la plaque.

Quelques chiffres, pour mieux comprendre l’enjeu de la maladie :

  • 20 % des cas de psoriasis passent quasiment inaperçus et ne seront pas soignés.
  • 30 % des formes, souvent les plus sévères, se déclarent avant l’âge de 20 ans.
  • 25 à 30 % des cas sont des formes modérées à sévères, qui altèrent profondément la qualité de vie.
  • 10 à 30 % des patients développent des douleurs articulaires liées au psoriasis.
  • Enfin, un patient sur deux est peu ou mal soigné.

C’est cette absence de soins, ou ces soins inadaptés, qui constituent le véritable problème du psoriasis. 

Une maladie aux formes multiples

Il existe plusieurs formes de psoriasis, plus ou moins répandues :

  • Le psoriasis en plaques ou en gouttes

Il s’agit d’une lésion érythémato-squameuse, formée de plaques rouges bien limitées, arrondies ou ovalaires, recouvertes de morceaux de peau blanchâtre. On retrouve ces peaux sur les vêtements ; c’est ce que l’on appelle une desquamation.

  • Le psoriasis du cuir chevelu

Attention, sous cette forme, le psoriasis peut être un piège. En effet, lorsque seule cette seule zone est atteinte, la maladie ne peut se manifester que par des démangeaisons ou des desquamations, ce qui rend son identification plus complexe. Il en existe des formes plus graves, qui se caractérisent par des plaques à différents endroits du crâne, qui vont jusqu’à recouvrir la totalité du cuir chevelu.

Difficile de ne pas confondre le psoriasis du cuir chevelu avec de simples pellicules… Alors, comment pouvez-vous le reconnaître ? Il vous suffit de porter un peu d’attention à vos « pellicules » : les plaques de psoriasis s’accompagnent de grosses pellicules « en flocon ». En général, elles sont épaisses et peuvent déborder sur votre front, derrière vos oreilles ou sur votre nuque.

  • Le psoriasis unguéal

Aussi appelé « psoriasis de l’ongle », cette forme est assez commune. Voici quelques signes qui permettent de l’identifier : vous observez de légères déformations punctiformes[1] sur votre doigt ; votre ongle perd de sa transparence. La maladie peut parfois s’étendre tout autour de l’ongle.

D’autres formes sont plus rares, comme :

  • le psoriasis des plis: seules les zones de plis sont concernées :le pli inter-fessier, l’aine, le creux de l’aisselle, le sillon sous-mammaire et le nombril. 
  • le psoriasis des muqueuses: il touche les zones génitales et ne desquame pas.
  • le psoriasis palmo-plantaire: c’est la plante ou le côté du pied qui est atteint ; la peau devient alors très épaisse et il peut se former des fissures douloureuses.
  • Le psoriasis du visage: beaucoup plus rare, mais très gênant, ce psoriasis touche particulièrement le front, les sourcils et les ailes du nez.

Certaines formes de psoriasis sont encore plus graves et sévères, comme le psoriasis érythrodermique et le psoriasis pustuleux. Tous deux nécessitent la consultation d’un spécialiste, voire une hospitalisation.

Quelle est l’origine du psoriasis ?

Si vous êtes atteint d’une certaine forme de psoriasis, la première question à vous poser est la suivante : « Mes parents souffrent-ils ou ont-ils souffert de cette maladie ? ». Dans bon nombre de cas, la réponse est positive. Cela veut dire qu’il y a bien des facteurs génétiques ; ces derniers sont confirmés par des analyses sanguines.

Mais en tant que maladie auto-immune, le psoriasis peut être « modulé » par des troubles psychologiques (sans que l’on ose pour autant affirmer qu’ils en soient la cause) :

  • le stress ;
  • la dépression ;
  • la fatigue ;
  • un grand choc psychologique…

Tous ces éléments dérèglent le système immunitaire sur un terrain soit prédisposé, soit agressé ou intoxiqué par la prise de certains médicaments visant à traiter :

  • le paludisme ;
  • l’hypertension artérielle (bêta-bloquants ou inhibiteurs de l’enzyme de conversion) ;
  • les troubles bipolaires (lithium) ;
  • la sclérose en plaques ;
  • l’hépatite C (interférons, immunothérapies).

Il faut bien préciser que le psoriasis n’est en aucun cas une maladie contagieuse !

Le traitement médical conventionnel du psoriasis

Il peut être local, général ou systémique.

Les traitements locaux sont :

  • les dermocorticoïdes, en pommade pour les lésions sèches et en crème pour les lésions humides des muqueuses ;
  • les analogues de la vitamine D, qui agissent sur la multiplication et la maturation des kératinocytes ;
  • les rétinoïdes, l’acide salicylique et autres traitements, qui ne peuvent être prescrits que par un spécialiste (ils ne sont pas sans danger).

Le traitement général consiste en des séances de rayonnements électromagnétiques : c’est la photothérapie UV (par UVA ou UVB), ou la PUVA-thérapie (prise d’un médicament, le psoralène, avant d’être exposé aux UVA). Ce type de thérapie nécessite des séances répétées, au moins trois par semaine. Mais on considère aujourd’hui que le risque cancérigène n’est pas nul…

Les traitements systémiques, eux, sont réservés au tiers des patients résistant aux traitements que nous venons de détailler, ainsi qu’aux traitements naturels (dont je parlerai dans une prochaine lettre). Ce sont :

  • le méthotrexate : utilisé en cancérologie, il empêche la multiplication des cellules, mais peut avoir de nombreuses contre-indications, en particulier en cas de grossesse ;
  • les rétinoïdes par voie orale : ils sont souvent mal supportés et ont les mêmes contre-indications ;
  • la ciclosporine : un immunosuppresseur réservé aux formes graves de psoriasis, en raison de sa forte toxicité rénale ;
  • les « biothérapies » (qui n’ont rien de bio…) dont je vous parlerai plus loin. 

Le rhumatisme psoriasique

Le rhumatisme psoriasique est une maladie qui ressemble fortement à la polyarthrite chronique évolutive. Les douleurs inflammatoires se font souvent ressentir dans toutes les articulations, et plus particulièrement dans les petites articulations.

C’est une véritable maladie « piège », puisque son traitement est complètement différent de celui de la polyarthrite ou de la spondylarthrite. Il faut donc s’assurer, si vous avez ce type de douleur, de n’avoir absolument aucun symptôme de psoriasis, ou même de simples démangeaisons à la tête. Et surtout, il convient d’en parler à votre médecin traitant.

Le traitement du rhumatisme psoriasique fait appel aux anti-inflammatoires non stéroïdiens pour soulager la douleur, et aux nouvelles biothérapies que sont les anti-TNF alpha, comme l’Embrel® ou le Remicade® (des médicaments ayant une action anti-inflammatoire et immunologique).

Mais les effets secondaires sont fréquents et il est nécessaire d’être suivi(e) en milieu hospitalier spécialisé. Plusieurs études font craindre une action potentiellement délétère de ces anti-TNFα sur le système immunitaire, avec la survenue d’infections, de vascularite, de lupus érythémateux disséminé, de polyarthrite rhumatoïde, d’hépatite, de thyroïdite… Ils peuvent aussi générer des lymphomes[2], des tumeurs cutanées, des maladies de Crohn…

Heureusement, il existe aussi des moyens naturels de soigner le psoriasis, dont je vous parlerai dans une prochaine lettre.

Surveillez bien votre boîte mail,

Docteur Dominique Rueff


[1]  Qui prend la forme d’une minuscule tache ayant la taille d’un petit point.

[2] Les lymphomes sont des tumeurs malignes développées à partir du système lymphatique. On distingue deux types de lymphomes : la maladie de Hodgkin et les lymphomes non hodgkiniens.



N'hésitez pas à commenter la lettre de ce jour ci-dessous. Veuillez cependant noter que, en raison du très grand nombre de commentaires, le Dr Rueff ne pourra pas vous répondre individuellement.


8 réponses à “Avez-vous du psoriasis ?”

  1. Joseline WAECHTER dit :

    Très efficace aussi, la cure thermale à la Bourboule / dermatologie.

  2. CLAUDETTE BARBO dit :

    Bonjour
    Je suis surprise que vous ne parliez pas d un regime sans gluten et sans lactose qui est la base de traitement de beaucoup de maladie auto immune pour le pratiquer depiis 3 ans il s avere efficace contre le psoriasis
    Cordialement
    Cb

  3. Lacoffrette dit :

    Bonjour Docteur,
    Je ne sais pas à qui m’adresser. J’ai reçu un « powerpoint » intitulé « Découverte en Italie ». J’aurais aimé vous le faire suivre mais je n’ai pas d’autre solution que de vous écrire. Il concerne le coronavirus et semble confirmer que la situation est enfumée par l’État et Big Pharma… et encense le Pr RAOULT. Doit-on le faire circuler et le laisser « lettre morte ». Merci de votre réponse. Cordi@lement. Jean Michel

  4. Marie Gass dit :

    Bonjour
    J’ai du psoriasis, plaques migrantes à différents endroits du corps depuis plus de 30 ans (cela a commencé après la naissance de mon enfant handicapé. est-ce lié?). Ces dernières années elles se sont cantonnées au genou et au coude droit. Rien n’a réussi à les déloger et je m’étais fait une raison…
    Ce printemps j’ai essayé (pour une autre raison) le jeune intermittent ( de 20h à 13h le lendemain) et un jour j’ai été étonnée de voir que les plaques avaient , pour la 1ère fois depuis plus de 30 ans, complètement disparues. Elles ne sont à ce jour pas revenues. Je continue donc de jeuner…

  5. Battais dit :

    Bonjour j’ai un sporiasis au coude, j’ai essayé plusieurs produits sur avis médical.
    Le seul qui me convient et a base de Propolis qui en ent mettant 2 a 3 fois par semaine le fait disparaitre
    Cordialement

  6. jean jacques triby dit :

    Je vous remercie bien sincèrement, docteur, pour cet info sur le psoriasis, détaillée (je n’avais jamais pris connaissance d’une documentation aussi précise) : le mien est en plaques, et migrant, tantôt les genoux, tantôt les coudes et avant-bras. J’attends avec curiosité votre prochaine lettre à ce sujet.
    Bien à vous
    Jean Jacques Triby
    12 Rodez

  7. Riess dit :

    Bonjour,
    Mon neveu a été diagnostiqué d’un psoriasis sur la langue dans ses toutes 1ères années : très douloureux, très visible sur sa langue…
    Avec une mère atteinte et un grand-pere paternel aussi, la génétique est bien présente …
    Vous n’en parlez pas, qu’en est-il?
    Cordialement,
    R Riess

  8. Françoise Bonami dit :

    Bonjour. Dans les différents psoriasis que vous évoquez dans votre lettre. Je lis attentivement toutes vos lettres … Vous ne parlez pas de celui du cuir chevelu et haut du crâne avec sourcil.
    Merci de votre réponse.
    Cordialement
    Françoise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CES DÉCOUVERTES QUE VOUS DEVEZ ABSOLUMENT CONNAÎTRE

Ce fabuleux livre a changé la vie de milliers de personnes…

…Et pourtant il est INTROUVABLE dans le commerce.

Recevez EN CADEAU chez vous ce livre au format papier.

45 percées historiques de santé naturelle sur les sujets suivants : cancer, arthrose, Alzheimer, prostate, hypertension, cholestérol, Parkinson et bien d’autres encore…